Sauvegarder sur le cloud : cauchemar pour les données ou situation rêvée en cas de reprise après sinistre ?

Veritas

VeritasÉlue 14 fois leader !

jeudi 30 août 2018

La sauvegarde sur le cloud est-elle la meilleure option pour votre entreprise ou pourrait-elle être une gêne plus qu’une aide ? Familiarisez-vous avec ses avantages et ses inconvénients pour bien comprendre ce qu’elle vous apportera.

Article

Prévoir l’imprévisible n’est pas la tâche la plus passionnante, mais c’est un aspect du travail du service informatique qui est devenu indispensable depuis quelques années, car les entreprises sont bien plus nombreuses à dépendre des données. Comme un très grand nombre d’opérations s'appuient sur les applications informatiques et les données numériques, il suffit de quelques minutes d’interruption pour que les opérations d’une société souffrent de manière catastrophique, et plus la panne dure, plus il est probable qu’elle deviendra une menace grave pour les activités de l’entreprise.

On ne peut pas prédire ce qui pourrait se passer dans l’avenir. Votre centre de données peut être victime d'une inondation ou d'un incendie. Ou bien un serveur essentiel subira une panne de matériel critique. Ou encore un ingénieur systèmes peut faire une erreur de saisie qui efface la totalité d’une base de données. Malgré ce que vous pensez, cela arrive. C’est pourquoi il est essentiel d'avoir des plans de sauvegarde et de reprise après sinistre robustes.

Une demande croissante pour les services sur le cloud

Les entreprises ont bien plus d'options dans ce domaine. Et comme elles génèrent plus de données, les méthodes traditionnelles comme la sauvegarde sur bande deviennent de moins en moins praticables. Un nombre grandissant de sociétés se tournent donc vers la sauvegarde sur le cloud et la reprise sur sinistre en tant que service (DRaaS).

D'ailleurs, une étude menée l’an dernier par IT Pro Portal a conclu que pratiquement neuf entreprises sur dix (89 pour cent) prévoyaient d'augmenter leur utilisation des outils de sauvegarde et de reprise sur le cloud, alors que 75 pour cent reconnaissaient la capacité du cloud en matière de sauvegardes hors site et de meilleure continuité des activités.

Mais est-ce vraiment la solution magique comme tant d’entreprises semblent le penser ? Les sauvegardes sur le cloud ont des avantages indéniables mais si vous n’êtes pas attentifs vous pourriez retrouver votre entreprise en plein cœur d'un cauchemar de sauvegarde au moment où vous avez le plus besoin du service.

Les avantages de la sauvegarde sur le cloud

Pour de nombreuses entreprises, l’un des grands points positifs de l’adoption d'une solution de sauvegarde et de reprise après sinistre sur le cloud est l’efficacité de la technologie. Ces services sont rapides à mettre en œuvre et permettent aux professionnels informatiques de sélectionner exactement les parties de leur paysage qu’ils souhaitent sauvegarder, ainsi que la fréquence des sauvegardes.

Comme pour les autres services sur le cloud, l’évolutivité est un grand avantage. Le fait de pouvoir profiter des ressources de fournisseurs de cloud tiers permet aux entreprises de ne jamais avoir à s'inquiéter d’une expansion au-delà des capacités de leurs solutions de sauvegarde, car elles peuvent simplement obtenir des ressources supplémentaires quand elles en ont besoin.

Un autre avantage du cloud est que les services informatiques n’ont pas besoin d’être aussi impliqués que s’ils se chargeaient du travail de sauvegarde eux-mêmes. En effet, les prestataires d'informatique sur le cloud veillent à ce que toutes les technologies utilisées pour sauvegarder et enregistrer les données soient à jour, et offrent les plus hauts niveaux de sécurité et de cryptage pour assurer la sécurité des données, et garantissent le respect des besoins de conformité.

Certains professionnels s'inquiètent tout naturellement de la sécurité lorsqu’ils délèguent le contrôle de leurs données à des fournisseurs externes, mais les sociétés du cloud sont bien conscientes de ces préoccupations car leur existence dépend de la confiance des utilisateurs. Elles font donc beaucoup d’efforts pour rassurer leurs clients.

Soyez conscients des inconvénients

En revanche, il existe quelques points négatifs liés à la sauvegarde sur le cloud, dont les entreprises doivent être conscientes. Par exemple, un problème spécifique aux solutions DRaaS concerne ce qui se passe si vous décidez de mettre fin à votre relation avec un fournisseur, ou lorsque le fournisseur fait faillite de manière inattendue.

Si vous n’avez pas étudié attentivement les conditions générales de votre accord, vous pourriez vous apercevoir que l’extraction de la totalité de vos données est un processus complexe. Par exemple, un fournisseur peut stocker vos données sous un format exclusif qui sera difficile à transmettre à une autre entreprise.

Il n’y a généralement pas de limite sur la quantité de données que vous pouvez sauvegarder auprès de prestataires sur le cloud, mais il peut exister des restrictions sur la rapidité et l’efficacité du processus en réalité. Le téléchargement de grandes quantités de données à sauvegarder sur le cloud exige de la bande passante, quelle que soit la qualité de votre connexion, et cela imposera une limite pratique sur la quantité de données que vous pouvez télécharger chaque jour. Cela veut dire que vous devrez peut-être donner la priorité à certaines données et limiter ces créneaux à des horaires pendant lesquels ils ne perturberont pas les autres activités.

Un autre problème potentiel est la rapidité avec laquelle vous pourrez récupérer vos données si quelque chose tourne mal. Dans des situations d'urgence, les restrictions sur la cession du contrôle à des tiers peuvent rapidement devenir claires - tout particulièrement si vous traitez avec des représentants par e-mail ou chat en ligne, qui pourraient ne pas comprendre entièrement les besoins de votre entreprise. Pour minimiser ces risques, vous devez choisir un fournisseur qui offre un robuste accord de niveau de service offrant des garanties de performance.

Commentaires

Rejoindre la conversation…

Retour haut de page